27 avril
Romandie #4 : "Content de ma journée d'équipier"

Romandie #4 : "Content de ma journée d'équipier"

Pas mal de choses à dire après cette quatrième étape du Tour de Romandie : le parcours a été modifié, Arthur Vichot a pris l'échappée, Thibaut Pinot a joué la gagne. J'étais chargé de rester à ses côtés pour le mettre dans les meilleures dispositions et j'estime avoir réussi ma tâche. Dimanche, lui comme moi seront déterminés à faire le meilleur contre-la-montre possible à Genève, pour l'épilogue de cette course.
 

Changement de programme à 20 minutes du départ

 
Cette journée a commencé par une surprise : l'annonce, à seulement vingt minutes du départ de l'étape de montagne de ce Tour de Romandie, d'un changement de parcours. La veille, les organisateurs avaient dit qu'il serait maintenu, mais ça s'est finalement avéré plus compliqué que prévu à cause des conditions météo. Je m'y attendais un peu parce que j'étais allé voir la webcam de la station de sports d'hiver de l'arrivée. Il ne neigeait pas mais le brouillard était quand même sacrément épais. Priorité à la sécurité des coureurs, donc, et mise en place du plan B avec d'autres montées en passant par Aigle, là où se trouve le siège de l'UCI. Le nouveau tracé était quasi similaire en terme de difficulté mais le dernier col était tout de même moins dur que le Col de Croix, car plus roulant.
 

Quelques mètres de trop à la bascule

 
C'est dommage car Thibaut Pinot avait reconnu cette étape et notamment le final. Il s'est retrouvé à jouer la victoire sur une montée qu'il ne connaissait pas. Il a été acteur de la bagarre entre les cadors, a pris ses responsabilités, mais il lui a manqué vingt mètres pour basculer avec Simon Spilak et Christopher Froome. La méconnaissance du terrain ne l'a pas aidé. Ensuite, il a manqué de soutien de la part de ses adversaires pour revenir. Ces quelques secondes à la bascule lui sont fatales et il arrive dans un groupe pour la troisième place. Il est cinquième au général avant le chrono final mais il est un peu déçu car ils sont nombreux à pouvoir se jouer le podium sur un exercice qui n'est pas sa spécialité. Il sait qu'il a moins de chances que d'autres de monter sur la boite. Dans l'équipe FDJ, on se dit toutefois qu'avec la forme qu'il tient, on peut espérer un bon résultat de sa part.
 

Garde du corps

 
Plus tôt dans la journée, Arthur Vichot s'était bien battu pour prendre l'échappée du jour. Il a puisé dans ses dernières forces pour se retrouver seul en tête avant de constater le retour des leaders dans le money time. Il aurait pu servir de point d'appui à Thibaut mais c'était compliqué. En tout cas, il s'est fait plaisir et a joué le coup à fond. Moi, je n'ai pas trop cherché à prendre la fuite, car j'avais un rôle à tenir autour de Thibaut. C'est dans cette région que nous avions fait notre échappée sur le dernier Tour de France, qui avait conduit à sa victoire à Porrentruy, mais cette fois-ci, le plan était différent. Je suis resté avec lui dans le peloton et heureusement car il a eu besoin de mon aide à certains moments critiques, comme dans les descentes et surtout le bas de celles-ci. J'ai bouché certains trous pour lui éviter de prendre des cassures, j'ai récupéré ses vêtements pour le froid quand c'était nécessaire, je me suis occupé de ses ravitaillements. Il était dans les meilleures dispositions pour aborder le final et c'est ce qui fait que je suis très content de ma journée d'équipier. D'autant que mes sensations étaient bonnes : je suis allé jusqu'au dernier col sans trop de soucis. 
 

Objectif top 10 dimanche

 
C'est donc un samedi positif et il est toujours bon de vivre ce genre de journée à la veille d'une journée importante : dimanche, c'est le contre-la-montre final et c'est mon domaine de prédilection. Le parcours sera plat, pas trop technique, empruntant des boulevards le long du Lac de Genève. Je n'ai pas vraiment de tracé type que je préfère : je m'adapte, je ne fais pas le difficile. Les jambes sont lourdes après cette dure étape de montagne mais je vais m'attacher à bien récupérer et me dire que tout le monde a subi les mêmes conditions ce samedi. J'espère faire un beau chrono, un top 10 me satisferait amplement. Il y a quand même beaucoup d'adeptes de la discipline, avec les Martin, Froome, Porte, Larsson, Malori, Kiserlovski, Peraud... Du beau monde. Je vais partir plus tôt qu'eux mais peu importe : il n'y a pas une heure plus propice qu'une autre quand la météo reste la même. Je vais tout donner. 
 

Chacun son approche mentale d'un chrono

 
Thibaut est bien sûr dans la même optique. Il veut garder le maillot blanc et défendra chèrement sa peau pour son classement général. S'il me demande quelle est ma façon de faire pour appréhender un contre-la-montre, je lui donnerai volontiers des conseils, mais je ne peux guère faire plus que de donner des indications sur le parcours. Chacun est différent dans son approche d'un chrono : certains ont besoin de ne pas trop y penser, de s'y mettre au dernier moment, alors que d'autres font l'inverse. Le tout est de trouver le juste milieu pour ne pas arriver sur la rampe de départ sans jus parce que l'on a "fait le chrono avant le chrono". 

Commentaires  

#1 Diesel_84 27-04-2013 17:21
Demain tu as un seul adversaire : toi-même.
tu oublies les courses antérieures. Pendant l'échauffement tu te gaves de produits énergétiques naturels et puis après tu te DEFONCES.

Allez JEREMY ! ! ! !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----