08 mai
Avril, ce que j'en retiens

Avril, ce que j'en retiens

Retour sur le mois d'avril. Mes courses, l'actu en général, les bonnes nouvelles et les initiatives 2.0. 

 

J'y étais

En ce mois d'avril, gros gros bloc avec le Tour du Pays basque, les classiques ardennaises et le Tour de Romandie. Que du World Tour. Je suis satisfait de la condition que j'ai affiché ces dernières semaines, j'ai pu la tenir un gros mois et demi à un haut niveau. C'est bien, même s'il n'y a pas le gros résultat qui aurait récompensé mon travail. C'est surtout intéressant pour la suite de la saison. Il faut à présent faire place à la récupération avant le stage à la montagne que nous ferons avec l'équipe, avant le Tour de Bavière où je reprendrai la compétition. L'équipe FDJ.fr, actuellement, est solide, présente souvent. Les résultats acquis en ce début de Quatre jours de Dunkerque le montrent. Le compteur de victoires se remet en route et c'est bien car on savait que notre niveau général avait augmenté. Notre modèle a changé, avec moins de dispersion et de tentatives : il faut concrétiser autour de ces leaders pour lesquels le collectif donne tout. C'est toujours compliqué quand ces chefs de file ont des soucis de santé, comme avec Arthur Vichot pour les Ardennaises, ou Thibaut Pinot et Matthieu Ladagnous plus tôt dans la saison. On doit continuer comme ça.

Devant ma télé

Un souvenir précis : Paris-Roubaix. On était au Tour du Pays basque, devant la télé dans le bus, où l'on capte le satellite. C'était une édition... pas décousue, mais presque ! On attendait la castagne dès Arenberg, c'est parti juste après avec le beau baroud de Boonen, qui a eu le mérite de lancer les hostilités. La course a été aussi difficile que d'habitude mais sur la ligne, les écarts n'ont pas été énormes. Ca ne veut pas dire que les coureurs n'arrivent pas râpés, mais c'était un scénario différent de d'habitude. Terpstra s'est montré opportuniste. C'est un excellent rouleur, qui était présent depuis le début de saison. Il a montré qu'il avait progressé et qu'il méritait de gagner une grande course, alors qu'il n'était pas forcément leader désigné de son équipe au départ.

L'info qui a fait du bien au vélo

ASO a créé La course by le Tour, compétition féminine qui se déroulera le dernier jour du Tour de France sur les Champs Elysées. Et on en parle ! La présentation officielle a eu lieu il y a quelques jours, en grande pompe avec la numéro une mondiale Marianne Vos, qui tient bien son rôle d'ambassadrice. La grille des prix sera conforme à celle des hommes, la retransmission télé sera au rendez-vous. C'est surtout ça qui est intéressant pour les filles. Les Champs, c'est un rêve pour tout le monde. Elles vont pouvoir y goûter et ça va être super pour elles. Ce n'est pas un cadeau pour autant car la plus belle avenue du monde n'est pas facile à arpenter, avec tous ses pavés. Je suis curieux de voir si le scénario sera différent de celui des garçons. A plus long terme, l'enjeu sera aussi de susciter des vocations. Aujourd'hui, il y a quand même une sacrée proportions de filles qui font du vélo à haut-niveau avec un statut amateur. Ce n'est clairement pas la situation du tennis, des sports d'hiver, ces disciplines où elles sont sur un pied d'égalité avec ces messieurs. Ca évolue, avec des structures intéressantes et solides qui se sont mises en place avec des sponsors similaires à ceux des équipes masculines. Une belle réussite en juillet pourrait donner encore plus d'idées, avec à l'horizon cet objectif suprême d'avoir des circuits parallèles avec des sections femmes dans les équipes World Tour. Ca risque de rester longtemps une simple piste de réflexion mais pour accélérer le processus, ce type d'initiative venant d'organe aussi puissant qu'ASO ne peut que donner du boost. En attendant de voir ce que ça va donner, le bon point, c'est aussi que l'ennui ne sera plus de mise pour les téléspectateurs qui ne sont pas forcément tenus en haleine par ce peloton de coureurs qui se promène jusqu'à Paris en récompense de trois grosses semaines d'efforts. Les filles vont bien occuper le terrain !

L'initiative 2.0 qui m'a marqué

Bon point pour le Tour de Romandie. L'organisation a filmé tous les parcours en voiture avec une caméra sur le tableau de bord. Julien Pinot a pu nous montrer ces fichiers, pour que l'on sache quels sont les passages dangereux, exposés au vent, quelle est la largeur de la route, le revêtement, la technicité des descentes... Habituellement, on se débrouille avec Google Earth, Google Streetview. Ce n'est jamais très optimal mais ça permet de mentaliser la course, de ne pas arriver dans l'inconnu. Car on ne peut pas aller repérer toutes les courses.

 

Un mot aussi sur la vidéo Backstage Pass d'Orica-Greenedge pour Liège-Bastogne-Liège. C'était intéressant, avec le briefing d'avant-course et Simon Gerrans qui, sûr de lui, explique comment il va gagner la course. Forcément, quand la victoire est au bout, ce genre de contenu prend de l'épaisseur.

Commentaires  

#2 icare 10-05-2014 19:41
Merci pour tes analyses, et puis n'hésites non plus à redonner des infos sur l'envers du décor, les à-côtés de la vie d'un pro, c'est toujours très intéressant ! Tu peux même être critique ;-)
#1 Diesel_84 09-05-2014 08:15
Allez Jeremy !!! bon récup mais aussi bon entrainement pour peaufiner cette forme que l'on a vu à HUY. Pense au gilet ! ! ! !

Fais nous rêver !

Allez la FDJ !! ! !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----