24 mai
Mon stage dans les Pyrénées heure par heure

Mon stage dans les Pyrénées heure par heure

Après une semaine dans les Pyrénées, me revoilà à la maison mais pour peu de temps : dès lundi, je repars à l'aventure pour disputer le Tour de Bavière. Mais je prends le temps de vous narrer dans le détail, avec photos et fichiers strava, ce stage avec l'équipe FDJ.fr.

 

Vendredi 16 mai

 

14h00 : Je suis à l'aéroport de Paris-Orly pour m'envoler en direction de Toulouse, où m'attends une navette afin de rallier l'hôtel. Le coup d'envoi d'une belle semaine de travail.

 

16h00 : Je rejoins Thibaut Pinot pour une sortie à vélo longue d'une heure et demi, dans les alentours de Toulouse et de Blagnac. Nous jetons régulièrement un oeil à nos smartphones pour suivre l'évolution du Tour d'Italie et du Tour de Picardie via le compte Twitter FDJ.fr. Nacer s'impose dans la botte, Arnaud est deuxième en France.

 

18h00 : Toujours avec Thibaut, nous nous prêtons à l'exercice du mediatraining, en compagnie du service communication de notre sponsor, FDJ. Il s'agissait surtout d'un rappel des règles élémentaires, ce qui ne fait pas de mal. L'hiver, lors du premier rassemblement du mois de décembre, nous allons généralement plus loin dans l'exercice avec des simulations d'interviews filmées.

 

20h00 : C'est l'heure du dîner. Les autres coureurs, Arthur, Arnold, Kenny et Cédric, nous ont rejoint juste à temps. Le staff également est là. Il se compose des DS Yvon et Thierry, des entraîneurs Fred et Julien, des kinés Stéph et Olivier, des mécanos Jacques et Florent.

 

22h00 : Nous prenons progressivement la direction de nos lits, en se remémorant les bons souvenirs liés à notre présence dans ce même hôtel en 2012 sur le Tour de France, pour l'étape Blagnac-Brive. Mais aussi les mauvais : un chien avait traversé la route, provoquant une chute d'Arthur et Anthony, tandis que j'étais échappé devant mais repris dans le final.

 

Samedi 17 mai

 

09h00 : Nous partons de l'hôtel en voiture pour rallier Saint-Girons et reconnaître la seizième étape du prochain Tour de France, qui arrivera à Bagnères-de-Luchon.

 

10h30 : Exacts au rendez-vous sur le vélo pour démarrer une sortie qui augure un difficile enchaînement de cols.

 

16h00 : Reco terminée, arrivée à l'hôtel en Espagne. Les regards se portent très vite sur les courses du jour, Tour d'Italie et Tour de Picardie, avec notamment une victoire d'Arnaud, pile poil pendant la collation.

 

17h00 : J'ai récupéré mon ficher SRM, sorti la vidéo de la sortie de ma caméra portative et actualisé mon Strava. C'est le moment d'analyser tout cela. Je fais ce travail seul puis j'uploade mes données sur la plate-forme interne d'entraînement, afin que les entraîneurs y aient accès, ce qui permet ensuite d'en rediscuter ensemble.

 

19h00 : Massage réparateur.

 

20h00 : Dîner, puis soirée football. C'est la dernière journée du Championnat de France de Ligue 1 et Sochaux joue le maintien. Les Franc-Comtois regardent en supporters, autour d'un petit carré de chocolat, qui ne les consolera guère : les Lionceaux sont relégués.

 

Dimanche 18 mai

 

08h00 : Réveil, assez tôt, car nous partons dans 1h30 pour une longue journée. Elle le sera aussi pour les masseurs et puisqu'ils doivent s'occuper de trois coureurs chacun. Il ne faut pas prendre de retard.

 

09h30 : C'est parti pour l'enchaînement Portillon-Peyresourde-Val Louron-Pla d'Adet-Val Louron bis, où la descente est d'ailleurs plutôt technique. Petites rencontres avec des vaches, qui apporte quelques sourires au coeur d'une journée si dure qu'elle ne vous donne pas vraiment envie de rigoler.

 

 

16h00 : 150 kilomètres pour 4 300 mètres de dénivelé positif, le compte y est. Et les jambes sont lourdes.

 

16h30 : Dans notre hôtel de Saint-Lary-Soulan, nous vivons la nouvelle victoire d'Arnaud au Tour de Picardie et suivons le Tour d'Italie, où Pieter Weening s'impose au métier devant Davide Malacarne. Le tout avec une collation bien méritée.

 

 

17h00 : Repos et traitement journalier des fichiers du jour. Dans le même temps, nous avons la visite de journalistes de Stade 2 mais aussi de la revue britannique Procycling. Pour les interviews de presse écrite, il faut réussir à bien organiser son temps en jonglant avec le repos, le repas, le massage, les réunions… Le soir des longues sorties, il est parfois délicat de rester bien concentré et donner le meilleur face au journaliste. Malgré cela, il demeure plutôt idéal de caler ces sollicitations lors des stages car nous sommes réunis pour l'occasion et plus disponibles qu'à la maison où l'on aime bien couper et rester dans sa bulle.

 

20h00 : Dîner et direction la chambre !

 

Lundi 19 mai

 

08h00 : Pas de grasse matinée, c'est déjà l'heure du petit-déjeuner.

 

09h30 : La visite (très) sportive des Pyrénées se poursuit avec la Hourquette d'Ancien, le Col du Tourmalet et Hautacam.

 

11h00 : Notre sortie se fait accompagnée par les journalistes, qui réalisent de multiples prises de vue. Les voitures nous doublent, s'arrêtent, repartent, nous redoublent. C'est toujours dangereux d'autant que la route est évidemment ouverte à la circulation. Les équipes de Stade 2 sont toujours prudentes et nous les remercions également de faire au plus vite car il est assez pénible de rouler avec une voiture constamment quelques mètres devant soi. En course, c'est différent : elles sont derrière et nous ne sommes précédés que par des motos.

 

12h30 : Au sommet du Tourmalet, un passage délicat avec un virage enneigé. Les voitures passeront grâce à un tractopelle qui leur fera la trace sur les trente mètres problématiques : merci ! Un virage impraticable, c'est toujours mieux que deux. Cela n'empêche pas de faire sa reconnaissance et de déceler les pièges potentiels. Le but est de se faire une première impression, pour qu'il y ait un air de "déjà vu" le jour de la course. Ce n'est pas pour autant que nous grimpons à fond : tout dépend de la récupération mais aussi de l'émulation du groupe, ce sont les joies de l'entraînement collectif.

 

 

13h00 : Matthieu Ladagnous nous rejoint dans la descente du Tourmalet afin de poursuivre ce stage avec nous tous.

 

13h30 : A partir de Barrèges, il est impressionnant de voir l'étendue des dégâts des inondations de l'année passée. De gros travaux sont nécessaires.

 

15h00 : Ascension d'Hautacam. C'est dur, c'est irrégulier. Il s'agira d'un tournant du Tour de France.

 

15h30 : Retour à l'hôtel pour les collations et massage traditionnel.

 

16h00 : Arrivée d'Arnaud, William, Mickael et Yoann, qui débarquent de la Picardie.

 

19h00 : Réunion avec notre partenaire technique B'twin.

 

20h30 : Dîner après un débat plutôt constructif.

 

Mardi 20 mai

 

10h30 : Départ de la sortie du jour, pour une journée que l'on pourrait presque qualifier de relâche, avec deux heures de travail sur le vélo de chrono, dont un exercice par équipe. Il n'est pas courant de pouvoir bosser cet exercice, nous en profitons donc pour s'adonner à ce petit rappel. A haute puissance, c'est toujours intéressant car cela permet aussi de travailler tout en récupérant de la tension musculaire liée au pédalage en montagne, grâce à la prise de relais alternée.

 

13h00 : Retour à l'hôtel, une bonne douche, un bon déjeuner, puis repos devant le Giro, tout en répondant aux sollicitations des journalistes présents.

 

17h00 : C'est finalement de la table de massage que je regarde l'arrivée du Giro, en compagnie de mon kiné Olivier. Encore une magnifique victoire de Nacer à la clé.

 

Mercredi 21 mai

 

08h00 : A l'heure du petit déjeuner, Marc Madiot nous rend visite en nous amenant… la pluie !

 

09h30 : Initialement, la sortie du jour devait être consistante, avec six heures de selle. Finalement, le mauvais temps et le froid dans les descentes nous obligent à réduire un peu la voiture. Ce sera finalement un entraînement avec 3 500 mètres de dénivelé positif, avec Hautacam pour finir. Au total, cinq heures de vélo malgré tout.

 

 

Vidéo avec trace GPS, via Kinomap, du Col de Spandelles :

 

15h00 : Collation et entrevue avec Guillaume Robert, du site MatosVelo.

 

16h00 : Massage.

 

17h00 : Analyse du fichier de puissance puis repos avec intermède Giro. Et après, une nouvelle interview à honorer, par téléphone. Théoriquement, il faut que le journaliste fasse une demande à Elisa Madiot, l'attachée de presse, mais les coureurs sont libres de traiter directement avec les médias qu'ils connaissent bien. Il arrive donc parfois que l'on s'organise directement entre nous. En revanche, si un journaliste veut venir sur un entraînement ou une course, c'est obligatoirement Elisa qui organise cela.

 

Jeudi 22 mai

 

07h30 : C'est le dernier jour du stage. Certaines personnes doivent prendre un avion tôt. Pour qu'ils n'aient pas à paniquer, le petit-déjeuner est servi plus tôt que d'habitude et la sortie commence à neuf heures.

 

09h00 : Deux groupes distincts prennent la route. Dans le mien, il n'y a que cinq coureurs car Cédric Pineau est malade. Cap sur Luz-Ardiden avec du vent de face. Au sommet, la vue est magnifique.

 

11h00 : Direction Pont d'Espagne, une montée pas très connue mais délicate.

 

13h00 : Nous nous rapprochons de l'aéroport de Lourdes, à vélo, où nous attends une chambre d'hôtel réservée par l'équipe. Pourquoi ? Les hôtes se posent parfois la question : qui se pointe en tout début d'après-midi, demande à disposer d'une vingtaine de serviettes et repart une heure plus tard ? Réponse, une équipe cycliste en stage, qui n'a pas son bus et dont les coureurs doivent se laver avant de prendre l'avion. Une demande atypique qui étonne toujours… Les hôteliers prennent peur assez souvent car ils craignent que l'on ne paye pas. Cette halte est également l'occasion d'une collation très attendue.

 

 

15h00 : Je suis à l'aéroport et… je m'endors. A 18h30, on se bouge : vol direction Orly. Enfin le retour à la casa. Avant de remettre ça dès lundi et un nouveau vol pour la Bavière.

Commentaires  

#4 Diesel_84 26-05-2014 09:31
Prendre le Tour de Baviere comme un stage pour "paufiner" la préparation du championnat de France et le TdF.
Néanmoins s'il y a un coup à faire sur le TdeB ne pas hésiter (on peut te faire confiance! ! !)

Allez Jeremy !!!!! Allez la FDJ !!!!!
#3 damienobligis 25-05-2014 11:46
merci de me faire découvrir kinomap.com. je ne connaissais pas, ça donne envie. je vais en parler autour de moi.
#2 Nicolas 25-05-2014 05:45
Salut Jérémy,
Toujours un réel de plaisir de te lire et de partager ton quotidien :)
A te lire, vous n'avez pas fait semblant sur ce stage en enchainant kilomètre, intensité, dénivelé agrémenté de transfert et média ... une vraie répét avant le Tour ^^
Concernant le CLM, as tu prévu de faire le Chpt de France ? Si oui, avec le même état d'esprit et prépa que l'an passé ou tu vas aborder différemment ?
Bon Tour de Bavière !
A bientôt
#1 icare 24-05-2014 19:55
Ah la dure vie du cyliste pro!!! , ça ne doit pas drôle tous les jours mais bon j'aurais quand même bien aimé connaître cela : rouler, se faire masser, manger, dormir ;-)
Bon toi t'es différent tu communiques :-), merci d'ailleurs !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----