27 mai
L'important stage montagnard du mois de mai

L'important stage montagnard du mois de mai

La semaine dernière, jusqu'à dimanche, j'ai pris part à un stage de l'équipe FDJ destiné à travailler en montagne et à reconnaître les étapes pyrénéennes et alpestres du prochain Tour de France. Je vous raconte.

 

Découverte de cols juillettistes et bloc de travail en montagne

Rouler dans les cols me fait toujours du bien. A Tours, il va de soi que je ne peux guère travailler le coup de pédale de montagne. Il faut forcément un stage et le soutien logistique de l'équipe FDJ permet d'optimiser les efforts. Avec à disposition un directeur sportif, deux entraîneurs, un mécano et deux kinés, on n'a plus qu'à mettre les pieds sous la table et les fesses sur le vélo. Au programme, 31 heures de selle, beaucoup de dénivelé et des efforts qui vont s'avérer précieux pour la suite du programme. J'en sors avec une bonne fatigue, qu'il va à présent falloir assimiler. Bien sûr, c'était également l'occasion de reconnaître des étapes clé du prochain mois de juillet, avec Thibaut Pinot, Steve Morabito et Arthur Vichot. Matthieu Ladagnous s'était également joint à nous dans les Pyrénées. Ces rassemblements en petit comité permettent de travailler la qualité, de ne pas avoir à composer avec un lot de coureurs aux états de forme et programmes différents.

 

Nous avons ainsi pu découvrir le Col de la Pierre Saint-Martin, l'une des nouveautés du prochain Tour de France, mais aussi Pra-Loup, que je n'avais jamais grimpé auparavant. Il y avait aussi le Col d'Allos que je n'avais plus fait depuis un stage en équipe de France espoirs il y a plus de dix ans. Les autres cols sont plus connus et imprimés dans nos têtes mais il est toujours important d'y revenir. Les éléments nous empêchent parfois de suivre le programme pré-établi, comme quand il pleut ou quand la neige perturbe le passage au sommet des cols. Pour l'enchaînement Aspin-Tourmalet-Cauterets, nous avions choisi de prendre un autre versant du Tourmalet pour éviter d'être bloqués. Il s'est avéré que ça passait quand même, mais il y avait néanmoins de la neige fondue... Les conditions en mai sont évidemment différentes d'en juillet et il faut composer avec cela.

 

 

Une vraie petite course

La logistique d'un tel stage et l'adaptation aux imprévus ne peut se faire qu'avec des coureurs impliqués, d'où l'intérêt d'être peu nombreux. Pour ne pas tout de suite basculer dans l'atmosphère exigeante d'un Tour de France, nous tâchons de rester détendus à plus d'un mois de l'épreuve, mais le souci du détail est là, et encore plus chez Thibaut, qui connait l'importance de ces rendez-vous de préparation. On échange entre coureurs et staffs pour optimiser nos séjours, on s'implique. C'est essentiel. Sur ces stages de reconnaissances, on ne peut pas perdre notre temps : il faut que tout le monde soit motivé, que l'on maximise nos capacités de récupérations et c'est difficile avec les transferts en bus (souvent de 1h30 à 2h) entre les divers parcours. C'est une vraie petite course et on doit l'aborder avec condition physique et concentration mentale.

 

Sinon, ce fut un agréable de croiser énormément de monde dans les cols. Les pratiquants, passionnés, connaisseurs, sont très nombreux, c'est impressionnant. Que ce soit dans le Glandon, dans la Croix-de-Fer ou bien sûr dans l'Alpe d'Huez, on en a croisés beaucoup et on a pris plaisir à discuter avec certains, qui sont forcément interpellés de nous voir là. Mais la priorité était évidemment de bosser dur ! Au delà de la mémorisation des cols, ces rassemblements permettent aussi et surtout de progresser dans notre forme. Je sens que ça a été mon cas. Steve Morabito en a aussi tiré un grand bénéfice, réussissant à être un sparring partner à la hauteur pour Thibaut dans les cols. On a le sentiment du devoir accompli. Maintenant, il faut revenir à la compétition : ce week-end, je disputerai le GP de Plumelec et les Boucles de l'Aulne.

 

 

Bonus track

Sprint houleux avec Thibaut au sommet du Col de Lers !

 

 

Rencontre insolite dans le Col d'Allos

 

Commentaires  

#1 Boisson 27-05-2015 12:28
On ne change pas une équipe qui gagne :)
Toujours aussi intéressant de te lire Jeremy.
Un bon stage d'effectué qui sera profitable à l'équipe et je te le souhaite à toi tout particulièrement.
Au plaisir,
Nico
Citer
#2 Diesel_84 27-05-2015 18:32
Le travail paye tjs. Tout le monde attend ce tour 2015.
Allez Jeremy ! ! ! ! Allez la FDJ ! ! ! !
Citer
#3 fred 27-05-2015 19:47
Sans dévoiler des secrets d’entraînements et juste pour avoir une idée (étant passionné par la question et moi-même coureur) sur un tel stage vous faites du travail de seuil et de PMA ? J'imagine que oui mais à quelle fréquence ? Un jour sur 2 ? Merci d'avance et bonne prepa finale pour la grande boucle.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----