11 avril
Un Tour du Pays basque réussi !

Un Tour du Pays basque réussi !

Le Tour du Pays basque était ma reprise World Tour après mes premières courses de l’année (Classic 44, Cholet, Critérium international). Et ça s’est plutôt bien passé !

 

Le Tour du Pays basque est réputée pour être l’une des courses à étapes les plus dures de la saison. Car c’est très intense, les montées - certes pas très longues - sont très pentues et la météo est toujours capricieuse. L’édition 2016 n’a pas échappé à la règle : beaucoup d’averses, des températures très froides… C’était vraiment pas simple.

 

L’équipe FDJ s’articulait autour de Thibaut Pinot, comme toujours quand il est au départ ! Il est très très régulier depuis l’an passé et on peut lui faire pleinement confiance. Il l’a encore prouvé en terminant quatrième de cette épreuve. Il manque le podium de peu mais sa semaine est entièrement satisfaisante ! Après une première partie de course très sérieuse, toujours dans les bons coups, Thibaut a pris une belle cinquième place à Arrate, la montée « juge de paix », quasiment dans la même seconde que ses adversaires directs. Il s’est retrouvé troisième provisoire du général. Il a pris la sixième place du chrono final, un très bon résultat, mais paradoxalement, cela l’a sorti du top 3. Dans la séquence printanière de Thibaut, le Pays basque était un objectif moins marqué que Tirreno Adriatico, le Critérium international qu’il a remporté, ou le Tour de Romandie qui approche, mais il ne s’est pas relâché et continue sa belle série ! Il est installé parmi les meilleurs coureurs du monde.

 

Pour réussir cette performance, Thibaut a dû compter sur une équipe dévouée. J’ai fait partie de ce groupe d’équipiers prêts à tout donner pour favoriser ses résultats. Mon rôle était surtout de travailler avant le final des étapes, d’aider à le placer pour les difficultés majeures, mais aussi - une fois le général bien dessiné - de filtrer les échappées. La veille de l’arrivée finale, quand Wilco Kelderman avait le maillot jaune, je me suis glissé dans un coup de quinze coureurs dans le but d’exempter mon équipe de travail en tête de peloton et de servir de relais. Ca ne s’entendait pas trop, on a été repris. C’est donc passé un peu inaperçu : voilà le genre de tâches qui m’incombent, le travail de l’ombre !

 

Quand la bagarre des favoris éclatait, le coureur chargé d’escorter Thibaut était Sébastien Reichenbach. Le matin du chrono, il était encore dixième du général, et plus tôt dans l’année sur Tirreno Adriatico, il avait même terminé devant Thibaut ! Séb est très performant, il fait du très beau boulot. On peut être contents de notre prestation collective, et je suis également content de ma prestation individuelle. L’an dernier sur cette même course, j’étais lâché beaucoup plus tôt. Si je compare, je suis donc sur de bonnes bases malgré mon retour à la compétition différé. J’ai terminé 43e du chrono, ce qui est correct vu le contexte : une semaine à bosser dur et un parcours très particulier avec une bosse qui comprenait des passages à 30%.

 

Ca soulage car ça confirme mes bonnes sensations du Critérium. Ca donne envie de poursuivre la montée en puissance et ça tombe bien puisque la suite du programme arrive déjà très rapidement : Amstel-Flèche-Liège, les trois Ardennaises, et immédiatement après le Tour de Romandie.

 

Pour finir, une pensée pour l’équipe des classiques flandriennes. Ils ont vu leur leader Arnaud Démare déclarer forfait pour Paris-Roubaix après sa chute sur le Tour des Flandres : ce n’est jamais facile de perdre le fil conducteur et de basculer sur un nouveau schéma. Leur dimanche dans l’Enfer du Nord a été compliqué mais ils ont fait ce qu’ils ont pu !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----