19 septembre
J’ai glissé sur l’Isbergues

J’ai glissé sur l’Isbergues

Une chute a perturbé, dimanche, mon GP d’Isbergues. Mais tout va bien : je serai au départ ce week-end des premières classiques italiennes de fin de saison !

 

Le Grand Prix d’Isbergues n’est pas une course à laquelle je prends souvent part. C’était ma troisième participation et même si ce n’est pas tout à fait mon profil, j’avais à coeur de bien faire après des classiques canadiennes frustrantes à titre personnel. Sur cette course nordiste typique, avec son public chaleureux, quatre coureurs ont pris la fuite et le peloton a installé un tempo pour contrôler l’écart. Quand ça s’est compliqué… Primo parce que le temps s’est dégradé, deuzio parce que Direct Energie a voulu en profiter pour former des bordures. Ils ont vissé à soixante bornes de l’arrivée et ont réussi à créer des cassures. J’étais dans un deuxième groupe qui est vite rentré et j’ai alors pu rejoindre le circuit final dans le bon wagon.

 

Cette boucle dans Isbergues est très urbaine et avec une chaussée glissante, il faut faire attention. Johan Le Bon était sorti avec quelques hommes, il nous fallait donc rester au « chaud » derrière en attendant le dénouement de la journée. En cas de jonction, nous allions alors rouler pour Lorrenzo Manzin en vue d’un sprint. J’étais attentif quand dans un virage, un jeune néo-pro m’a fait l’intérieur comme si l’on était sur le sec, a glissé et m’a fauché. Sur le coup j’étais très énervé, je chute sur le dos alors que ça aurait du passer sans souci sans sa prise de risque inutile. Bon, j’arrive à repartir et à rentrer dans le peloton…

 

Mais un peu plus loin, une deuxième chute, qui ne me fait pas aller au sol mais ne fait perdre le contact avec le peloton, scelle le sort de ma course. La suite, c’est chou blanc pour l’équipe : Johan est repris à la flamme rouge après un très bel effort, et Lorrenzo déraille à l’amorce du sprint. On repart les mains vides de cette course pas facile à maîtriser. Je vais maintenant mettre le cap sur l’Italie avec ce week-end le Tour d’Emilie et le GP Beghelli. On aura une très belle équipe, avec un Seb Reichenbach très en forme, mais aussi Anthony Roux, Kenny Elissonde, Steve Morabito, Alexandre Geniez, Jérémy Maison et Odd Christian Eiking. De quoi jouer quelque chose d’intéressant et essayer de finir en beauté cette saison.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----