23 Novembre
"Calendrier : attention danger"

"Calendrier : attention danger"

J'ai récemment accordé une interview au site TodayCycling qui m'a interrogé sur les évolutions du calendrier UCI. J'en ai profité pour livrer mes positions sur ce sujet préoccupant pour les coureurs. En voici la retranscription.

 

En 2017,  la réforme du World Tour va s’appliquer. Comment les coureurs ont-ils été impliqués dans ce processus ?

 

Nous avons été consultés il y a 4 ans par un cabinet extérieur mandaté par l’UCI, pour évoquer nos sujets essentiels à mettre en avant pour la future réforme du World Tour. Il fallait qu’on évoque et développe les sujets qui nous paraissaient importants en quelques heures.

 

"Ce n’est pas le nouveau calendrier qui va dynamiser le vélo" 

Quels points avez-vous abordé ?

 

Des sujets comme l’attractivité du cyclisme auprès du grand public, la sécurité, la gestion des calendriers de la carrière des cyclistes.

 

Avec en filigrane la problématique du calendrier chère à Marc Madiot

 

La solution idéale n’a pas encore été trouvée pour un essor et une bonne dynamique globale sur l’année. De toute façon ce n’est pas possible, pour nous coureurs, en l’état actuel des choses de suivre un calendrier World Tour avec un calendrier plus historique et Français, en restant coureur. Ce n’est pas le nouveau calendrier qui va dynamiser le vélo. C’est vrai qu’il y a un peu de tension en ce moment avec la fameuse mise en place de la réforme. Des choses ont été avancées et finalement non mises en place. A contrario des choses non prévue sont instaurées.

 

Quelle est la position des coureurs sur ce sujet ?

 

On ne peut pas être sur tous les fronts, toutes les semaines de toute l’année. Il faut prévoir des périodes de repos. Sur le sujet nous avions été entendus, vu qu’il y avait eu une préconisation de fixer un maximum de jours de courses autour de 70 jours. Mais du coup, avec le nouveau calendrier, si on veut le faire intégralement, c’est impossible, ou alors, au détriment des courses non World Tour. Mais voilà, si on enlève un étage à la pyramide, il va y avoir des problèmes à terme.

 

Et au final, qu’est-il ressorti de ce travail ?

 

Malheureusement l’impression qui en est ressortie c’est que les conclusions étaient déjà quasiment tirées, avant même de nous entretenir avec eux. Nous avons été orienté vers des sujets malgré le fait que nous souhaitions aborder d’autres points évoqués juste avant.  Au final c’est dommage qu’autant de temps soit dépensé pour qu’on ne soit pas plus écouté que ça, d’autant que les points mis dans la conclusion du rapport n’ont pas tout à fait reflété nos propos.

 

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

 

Les nouvelles négociations laissent à penser que les nouvelles courses WT ne seront pas obligatoires et ne donneront pas de points. Après, j’attends la publication officielle de ce point de règlement, toujours en négociation avec les représentants des coureurs et des équipes. Le chantier est en cours, les syndicats ont pris le relais des coureurs.

 

"Il faudrait réduire un peu le nombre de coureurs" 

Vous évoquiez la sécurité plus tôt comme priorité.

 

C’est revenu à l’ordre du jour cet année. C’est un problème récurrent et je n’ai pas vue grand chose mise en place par l’UCI malgré la faible communication qu’ils ont fait sur d’éventuelles améliorations.

 

Quelles seraient selon vous les pistes envisageables ?

 

Personnellement, je trouve qu’il y a un peu trop de coureurs dans les courses désormais. Avec le changement des structures urbaines, la multiplication des ronds points, des îlots directionnels, ce n’est plus trop adapté à un peloton aussi conséquent. Il faudrait réduire un peu le nombre de coureurs. Après, d’autres points peuvent être développés : interdire à certains véhicules de doubler les coureurs, faire en sorte que les commissaires connaissent par avance les parcours, interdire à certains endroits ces dépassements, faire vérifier les arrivées par des personnes mandatées…

 

Cyrille Guimard évoque souvent l’influence des oreillettes dans les accidents de course.

 

Je n’ai jamais été fan des oreillettes, mais ce n’est pas un argument qui va à l’encontre de la sécurité des coureurs. Il faudrait enregistrer pendant toute une course les échanges dans les oreillettes, et vous vous rendrez compte au final que ce n’est ni plus ni moins accidentogène que ça.

 

"Il ne faut pas s’arrêter au seul Qatar !"

Que pensez-vous de l’augmentation du nombre de courses internationales, malgré parfois, un manque de ferveur populaire  comme ce fut le cas au Qatar ?

 

Il ne faut pas s’arrêter au seul Qatar ! La mise en place de nouvelles courses au Canada, aux Etats-unis, en Australie ont été de bonnes choses. Elles sont populaires et sont de vraies réussites. Après il y a eu des loupés comme en Chine. Et dans les Emirats, ça peine à adhérer, même si l’organisation du Qatar existe depuis plus de 10 ans. Mais il ne faut pas noircir tout le tableau.

 

On le voit avec la liesse qui vient d’entourer le Tour du Rwanda.

 

En Afrique, le cyclisme est très populaire. C’est bien d’aller creuser par là.

 

Cette internationalisation du cyclisme ne risque-t-elle pas d’engendrer des dégâts collatéraux au détriment des compétitions plus anciennes ?

 

Pour l’instant on s’en sort pas trop mal, même si, malheureusement, quelques courses s’arrêtent. Mais attention danger, car, même s’il a changé depuis, le projet de réforme mettait en péril les courses de classe 1.

 

La disparition du Critérium International vient d’être annoncée la semaine dernière. Comment percevez-vous cet événement ?

 

J’ai pu constater qu’il y avait de moins en moins de coureurs d’année en année. Localisée en Corse, c’était une très belle course, mais le public n’a pas adhéré, il n’y en avait pas énormément. D’un point de vue purement sportif, sprint, chrono, une étape de montagne, c’était bien dans le calendrier. Mais avec la concurrence d’autres courses, ASO qui est une société commerciale doit aussi faire des choix , d’un point de vue rentabilité, contrairement à d’autres organisateurs qui sont bénévoles et qui tissent plus de liens locaux avec les épreuves.

 

Lire l'interview sur le site TodayCycling

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----