19 juin
18e d'une Route du Sud caniculaire

18e d'une Route du Sud caniculaire

De jeudi à dimanche, j’étais sur la Route du Sud, que j’ai terminé dans le top 20. Je me suis également échappé sur la première étape. Je vous raconte.

 

La Route du Sud était ma reprise deux semaines et demi après le Tour d’Italie. J’étais très satisfait de mes trois semaines sur la course rose, ainsi que des performances de toute l’équipe, mais il était temps de souffler et de récupérer. La première semaine, je me suis accordé du repos, j’ai quand même roulé mais c’était plutôt de la sortie plaisir, sur deux ou trois heures. La semaine suivante, je suis monté en pression, j’ai fait plus de rythme et j’ai sorti le vélo de contre-la-montre pour que ce soit ludique et ciblé. Les jambes étaient bonnes, j’étais confiant pour ce retour à la compétition sur une course qui allait présenter, outre son parcours, une difficulté principale : la canicule.

 

Sur les routes d’Occitanie, plus de 35 degrés et pas mal de fatigue. Il faut dire que j’ai eu la drôle d’idée de lâcher les chevaux dès le premier jour. Ca a failli payer : dans un col assez long à mi-parcours, j’ai attaqué, suis revenu sur la tête, et pu jouer la gagne dans le final. Mais j’ai assez mal négocié cette situation. Aurais-je perdu l’habitude d’être dans des échappées qui vont au bout ? J’ai beaucoup donné, peut-être trop. Ca ne collaborait pas très bien, je n’ai sans doute pas pris les bonnes décisions. J’étais content que ce soit Julien Loubet qui gagne, car il n’avait pas ménagé ses efforts dans le groupe. J’étais également heureux d’avoir passé une journée à l’avant, car mine de rien ces journées sont rares dans une saison quand on est équipier.

 

Les jours suivants, ça a été plus compliqué. La deuxième étape était plutôt calme, ça allait. La troisième, c’était une autre histoire. Au menu, le Tourmalet, une montée inédite parallèle à Luz Ardiden, et le final à Gavarnie, en passant par le magnifique cirque du même nom. J’ai atteint mes limites sur ce parcours montagneux et j’ai fini rincé, à environ huit minutes de Pierre Rolland. Et le dernier jour, j’ai assuré un top 20 au général : je finis 18e de cette Route du Sud. Pour une reprise, c’est pas mal. Ces quatre jours étaient agréables avec une équipe FDJ qui s’est fait plaisir. Lorrenzo Manzin et Marc Fournier ont bien collaboré pour les sprints. Johan Le Bon s’est échappé le dernier jour… On était tous assez libres de nous exprimer alors nous ne nous sommes pas gênés.

 

Maintenant place aux Championnats de France chrono ;)

Commentaires  

#1 XS 19-06-2017 18:20
Bonjour Jeremy,

Bravo pour cette 1ere étape de kla Route du Sud, et l'esprit d'attaque.

Sur la canicule, n'est ce pas devenu un élément récurrent des courses cyclistes pro? Notamment, ces derniers mois, on a vu un Tour d'Italie très serré avec Vincenzo Nibali et Thibaut Pinot deux coureurs offensifs aimant le froid, mais souvent limités par la chaleur dans leurs démarrages. Idem lors de la dernière étape du Tour du Dauphiné. On peut citer aussi le cas de Simon Spilak, un coureur qui aurait les moyens de monter sur les podiums sur les grands tours, mais dit ne pas pouvoir supporter 3 semaines de chaleur.

La résistance à la chaleur n'est-elle pas en train de devenir un élément (non-sportif?) du succès des grands coureurs?

Y aurait-il une réflexion à avoir sur les calendriers des épreuves? Ou sur les horaires?

A Saint-Omer jeudi (src Météo France) 28°C prévu et vent OSO de 30 à 55km/h. Première partie du parcours avec vent de 3/4 face??
Citer
#2 XS 19-06-2017 20:31
Suite..
Simon Spilak serait "thermophobe" selon L'Equipe.
https://www.lequipe.fr/Cyclisme-sur-route/Actualites/Les-cles-de-l-enigme-simon-spilak-vainqueur-du-tour-de-suisse/811870

Vifs encouragements pour jeudi. Avec des roues à bâtons ou autre chose?
Citer
#3 dpy37 21-06-2017 10:01
.... Allez Jérémy, nous sommes tous avec toi
( Jeudi le top 5 .... et Dimanche, làche toi pourquoi pas !!!! )
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

-----