Questionnaire Mai 2013

Questionnaire Mai 2013

Les encouragements apportent-ils vraiment quelque chose aux coureurs ?

Je vais souvent voir les courses qui se déroulent près de chez moi, je t'ai notamment vu sur la Flèche wallonne. J'encourage toujours les coureurs, aussi bien les premiers que les derniers. J'aimerais savoir si les encouragements apportent vraiment quelque chose aux coureurs ou bien vous êtes tellement concentrés dans la course que vous n'entendez rien ? Et sinon, qu'est-ce qui t'énerve le plus chez les spectateurs ?

 

Merci d'encourager les premiers et... les derniers ! Je vous rassure : on entend assez distinctement les encouragements, surtout quand ils sont nominatifs. Cela fait toujours plaisir d'être soutenu. Le fait d'être dans cette ambiance procure parfois un sentiment d'euphorie. On se sent pousser des ailes, comme on dit. Mais des fois, il y a des encouragements qui peuvent être blessants de la part de certains "supporters". Je n'en dirai pas plus pour les remercier les vrais. Peu importe qui vous supportez : cela contribue au charme du cyclisme et à cette ambiance populaire que l'on apprécie tant.

J'aurais besoin de conseils concernant une épreuve qui a lieu ce week-end, avec une étape en ligne le samedi après-midi, un contre-la-montre le dimanche matin et à nouveau une étape en ligne le dimanche après-midi. Sachant qu'il y a un peu de dénivelé. Voici ma question : j'ai toujours un peu de mal à finir une course par étapes, surtout en début de saison. Le pire, c'est la dernière étape, car j'essaye toujours de donner le meilleur de moi-même sur le chrono, ce qui fait que pour finir la dernière étape, j'ai les jambes qui me font terriblement mal. Comment améliorer cela ? Massages, étirements ? En gros, j'aimerais savoir comment bien récupérer pour finir correctement ma course, sachant bien sûr que je m'entraîne mais que ce n'est pas toujours évident d'aller rouler. J'ai une deuxième question qui rejoint la première : à cause de la météo, je n'ai pas pu faire la moindre sortie de toute la semaine. Je sais que sur ce genre d'épreuve, il faut arriver fais, mais j'aurais aimé faire une ou deux sorties. N'est-ce pas pénalisant ? Merci de tes conseils.

 

Effectivement, l'idéal aurait été de rouler quand même un peu, mais ce n'est pas trop grave. Samedi, tu vas te sentir hyper frais au départ, attention donc à ne pas trop en faire au risque d'avoir le retour de manivelle fatal. Ensuite, roulotte un petit peu après l'arrivée, pendant une dizaine de minutes, pour un bon retour au calme. Prends une boisson bien sucrée, comme de la Vichy avec du jus de raisin. Mets des bas de contention et si tu le peux, fais toi masser. Le dimanche, c'est la gestion des demi-étapes qui sera délicate. Comme tu le dis, un chrono ça se fait à bloc ! Le retour au calme sera encore une fois primordial. Décontraction de quinze minutes, boisson sucrée, bas de contention. Ne reste pas debout sur tes jambes : va te détendre, allongé dans la voiture. Continue de boire, légèrement sucré, jusqu'au départ de l'après-midi. Et ne mange pas trop si le quota de trois heures est limite. Il vaut mieux répartir sa portion sur le midi et la course en s'alimentant régulièrement. Bonne course !

-----
 

Pour que je réponde dans cette rubrique à vos questions sur ma carrière, n'hésitez pas à utiliser mon formulaire de contact.